RENCONTRE INTÉGRATION

Eleusis 8 mars 2020

La rencontre a duré de 14h00 à 18h00.

La première partie était un temps offert pour le partage d’expérience (14h00 à 17h00) et la seconde partie pour répondre à d’éventuelles questions venant de personnes intéressées par l’association et leur accueil, le cas échéant (17h00 à 18h00).

La réflexion portera uniquement sur la première partie.

Réflexions sur la première rencontre d’intégration

Quelques personnes non affiliées à l’association se sont présentées pour cette première partie. Il était question de prise de MDMA, de LSD à grande dose et de LSD en microdosage comme automédication. Aucune de ces expériences n’ont été faites avec l’un des membres de l’association. Elles se sont faites seul ou entre amis.

Des questions ont été soulevées au sujet du traitement de l’anhédonie par la MDMA. La question de la réduction des risques a été abordée telles que l’hydratation durant l’expérience (quantité d’eau ingérée, difficulté à la miction, voire rétention urinaire), le set and setting et la préparation avant l’expérience (alimentation et compléments alimentaires : 5HTP, magnésium, etc.).

L’expérience de certaines personnes leurs a fait dire qu’il est plus difficile d’intégrer une expérience faite avec la MDMA pour en tirer quelque chose dans la vie de tous les jours que lors d’une expérience au LSD. L’anhédonie semble partir lors de l’expérience mais cet effet ne perdure pas lorsque celle-ci se termine. Il a également été question du « down » après l’expérience, ce que beaucoup appellent le lundi ou mardi noir.  Dans la conversation, il en est sorti que cela pouvait être lié justement à la préparation pré-expérience qui n’aurait pas été adéquate, ou alors à un retour dans le train-train quotidien, plus terne que l’expérience. La différence entre l’expérience avec MDMA et sans MDMA pourrait être la cause du moment pénible à vivre pour certains. Une expérience intéressante a été celle de quelqu’un, qui, sachant que ce moment un peu difficile allait arriver, a appris à l’utiliser. Au moment du down, il reste allongé et plonge dans l’expérience d’inconfort. A ce moment, il arrive à transformer les choses, ressent comme un deuxième effet positif de la prise de MDMA et ressort de ce moment apaisé.

Pour plusieurs personnes, il semblerait que le LSD permet une intégration dans la vie de tous les jours et offre un changement notable positif plus important que l’expérience avec la MDMA. Il a notamment été question de la combinaison de ces deux substances qui permettrait d’offrir une expérience plus harmonieuse.

Selon l’expérience de plusieurs personnes présentes, le LSD en microdosage semble avoir des effets bénéfiques au quotidien. Elle apporte notamment des prises de conscience régulière et un changement dans la façon d’appréhender les événements qui arrivent au fur et à mesure de la vie, sans pour autant donner des hallucinations. Le temps offert pour ce groupe a été bénéfique pour les personnes en quête d’échanges et de partage d’expériences. Il a permis d’offrir un espace sécuritaire où il a été possible de déposer son vécu. Les questionnements de certaines personnes ont montré le bien-fondé de ce genre de moment. Les professionnels de la santé présents étaient également indispensables pour rappeler les principes de base de la réduction des risques et pour s’assurer que les limites éthiques ne soient pas dépassées.